mercredi 14 octobre 2009

généralités :: arthropodes myrmécophiles

Bien rares sont les espèces sociales qui n'hébergent aucun autre animal dans leur nid. Ces hôtes recquierent plusieurs formes . L'auteur de ces recherches restant Wasmann ( source ) qui a énoncé la myrmécophilie en 1894.
La myrmécophilie
du grec: μύρμηξ, «fourmi»; φῐλεῖν, «aimer» définit l'aptitude d'animaux ou de végétaux à vivre en association externe avec les fourmis.
Les animaux :
- Synechtrans : les prédateurs qui parasitent les fourmis en consommant du couvain et échappent aux fourmis en se cachant ou les prédateurs qui sont une carapace qui les protègent des fourmis . Elle ne trouvent pas de point d'agression. Certains sont agiles et rapides et utilisent des phéromones de répulsion.
- Synoeketes : des occupants sans défense . Ils mangent les déchets . Certains - les commensaux- se font nourrir et obtiennent une part de l'alimentation sociale : poisson d'argent Atelura. D'autres volent la nourriture aussi bien des ouvrières que des larves: grillon myrmécophile Myrmecophylus ( M.acervorum et M.myrmecophylus ) le microdon ( Syrphidae , sous famille des Microdotinae) . Les troisièmes mendient auprès des ouvrières : Formicoxenus sur les dômes de Formica rufa .
-Symphiles : les vrais hôtes qui en contre partie de la nourriture reçoivent la protection des fourmis. Cette nourriture étant basée sur les excrétions des fourmis. Ces excrétions sont aromatiques et particulières aux glandes . Elles sont léchées.
- les Ectoparasites qui percent la chitine des fourmis pour en extraire l'hémolymphe. Il y a aussi les Endoparasites qui pénètrent dans le corps des fourmis.
Trophobiontes : des phytophages qui produisent des substances recherchées par les fourmis. Pucerons, cochenilles notamment.

1 commentaire: